Jacqueline Veuve

Cinéaste et ethnologue (1930-2013)

No more fun no more games (Jacqueline Veuve)

No more fun no more games

Suisse 1974. 16mm, couleurs, 25 min.
 

Image: No more fun no more games 


Le Mouvement de libération de la femme peut revêtir des formes très variées aux Etats-Unis. A Cambridge, commune de la banlieue de Boston, un groupe de femmes s'est organisé pour s'assurer une meilleure défense dans un milieu souvent hostile. Dans cette métropole, la statistique révèle un meurtre tous les trois jours; à Cambridge, il n'y a pas une semaine sans que l'on entende parler de viol. Le soir, il est vivement conseillé d'emprunter les circuits fréquentés et éclairés.
Chaque dimanche, le groupe se réunit pour développer sa politique. Certaines détestent les hommes, d'autres les acceptent, cela dépend beaucoup de leur vécu. L'une d'entre elles explique pourquoi elle s'est fait stériliser, une autre comment elle a été violée dans des circonstances inattendues. Un débat avec la police montre combien il est difficile d'assurer une protection.
Nombreuses sont celles qui sont convaincues qu'il est nécessaire d'apprendre à se défendre soi-même et apprennent ainsi, avec beaucoup d'application, les règles du karaté. Ce «traitement» a pour effet de les transformer tant physiquement que psychologiquement.
Le rythme alterné des scènes de karaté avec les confessions de quelquesunes permet de mieux comprendre l'attitude si particulière de certaines Américaines.
 

RéalisationJacqueline Veuve
CaméraPat Stern
SonJacqueline Veuve
MontageMary Watson
Durée25 min.
Format16mm, couleurs
Versionsenglish
Festivals/prixNew York, London.
ProductionAquarius Film Production
Droits mondiauxAquarius Film Production
Distribution en SuisseAquarius Film Production, CH-1808 Les Monts-de-Corsier
Tél. +41 21 921 18 20 – Fax +41 21 921 78 31
E-mail: info@jacquelineveuve.ch – envoyer un message

Extraits de presse


...ces images de femmes en quête d'elles-mêmes parce que le viol ou le refus du bébé allant jusqu'à la stérilisation leur repose la question de leur être.

Jacqueline Leyvraz, 24 Heures, Lausanne

© 2004-2017 www.jacquelineveuve.ch | mentions légales | haut de la page